Andreas «Res» Kurmann et Andreas Junior

«Le programme ‹de la ferme› rend visibles nos efforts.»

À la ferme d’Andreas «Res» Kurmann, nous trouvons une porcherie flambant neuve. Elle a été mise en service il y a quelques semaines à peine. C’est avec enthousiasme et une fierté non dissimulée qu’Andreas nous fait part des innovations. Mais avant d’entrer dans l’exploitation d’engraissement, nous devons revêtir des vêtements de protection, ce qui est d’ailleurs obligatoire chez tous les éleveurs. Cette mesure permet d’empêcher l’introduction d’agents pathogènes. Car pas de maladies signifie aussi pas de médicaments ou d’antibiotiques administrés, ce qui est un pilier essentiel du programme «de la ferme».

image

Dans une exploitation d’engraissement des porcs comme celle de Res Kurmann, l’alimentation est automatisée. Les aliments parviennent dans les mangeoires des différents boxes de stabulation par des canalisations. Res nourrit ses porcs trois fois par jour. À six heures et demie du matin, à midi et quart et à cinq heures et quart. Cela peut varier selon les exploitations. Après 90 à 100 jours environ et un poids de 100 à 110 kg, on vient chercher les porcs et on les transporte à l’abattoir. Il va de soi que la nouvelle porcherie répond aux exigences élevées en termes d’espace, de sorties en plein air, de protection solaire et de possibilités d’occupation.

La ferme se trouve à environ cinq minutes en voiture de Willisau. Même si elle est un peu isolée, Res ne s’y ennuie jamais. Il a d’une part assez à faire avec la ferme, et pendant ses loisirs, il se consacre entièrement au VTT, d'autre part. Il a même installé un rock-garden et une rampe en bois dans son jardin. Nous sommes impressionnés!

Nous nous réjouissons de notre collaboration future.

800 porcs
Agriculture

15 hectares 

Willisau (LU)